Fiche n°517
27 langues pour un poème

Pour Fernand Verhesen
in Le Journal des Poètes n°2/2013
Prestigieux atelier de traduction
MIPAH, Bruxelles, 2013





Lorsque, pour la première fois depuis la création des Biennales de Poésie, Fernand Verhesen n’a pas pu assister à celle de 2001 (il accompagnait son épouse souffrante), j’ai eu l’idée d’un cadeau original. Entourée de poètes du monde entier, et forte de mon expérience d’animation de séminaires de traduction de la poésie, entre autres à l’Université de Liège, j’ai improvisé, avec quelques « biennalistes », un atelier dans le bar de l’hôtel proche du Palais des Congrès de Liège. C’est ainsi qu’une page des Clartés mitoyennes, Le Cormier, Bruxelles 1978 a été traduite : en allemand par Rüdiger Fischer, en anglais par Christine Pagnoulle, en arabe par Abdelaziz Kacem, en arménien par Vahé Godel, en bulgare par Kiril Kadiiski, en danois par Inger Christensen, en espagnol par Pedro Serrano, en finnois par Kirsti Simonsuuri, en grec par Lia Karavia, en hébreu par Israël Eliraz, en hongrois par Tibor Papp, en irlandais par Desmond Egan, en islandais par Sigurdur Palsson, en italien par Maria Luisa Spaziani, en kréol par Edouard Maunick, en latin par Georges Thinès, en letton par Dagnija Dreika, en norvégien par Françoise Laroche, en oulipien par Francis Edeline, en persan par Kazem Shariari, en picard par Rose-Marie François, en polonais par Ursula Koziol, en portugais par Maria Abelho, en roumain par Horia Badescu, en turc par Halil Uysal, en wolof par Charles Carrère. Au déjeuner de clôture, François Mairet a donné la parole aux poètes-traducteurs pour un feu d’artifice multilingue. Rose-Marie FRANÇOIS



Rose-Marie François © 2022