Fiche n°63 Photo de Pļavās kailām kājām. Pieds nus dans l’herbe
Pļavās kailām kājām. Pieds nus dans l’herbe

anthologie de poésie lettone avec introduction et notice sur les poètes
in L'arbre à paroles
Rose-Marie François
atdzejotāja franču valodā Roze Marija Fransuā un Inta Geile
Amay, 2002





Ce livre est une première !

Il vient à point nommé pour offrir aux lecteurs francophones un aperçu de richesses littéraires méconnues qui font cependant partie du patrimoine culturel européen. C'est, à notre connaissance, la seule anthologie bilingue de poésie lettone avec poèmes recréés en français. A part un joli opuscule paru à Riga en 1931, comportant une vingtaine de poèmes lettons en seule traduction française due à Veronika Strelerte, il n'existe en français que des poèmes épars repris çà et là en revues. Nous sommes donc particulièrement heureux que cet ouvrage de 320 pages paraisse chez nous. Pour le choix des poètes et l'introduction historique, Rose-Marie François s'en est d'abord remise au Prof. Viesturs Vecgravis, de Riga. Puis, au cours de ses séjours en Lettonie, elle a elle-même rencontré des poètes, dont certains sont devenus des amis.

L'auteure

Poète, écrivaine, traductrice littéraire, Rose-Marie François est l'auteure de nombreux livres et articles ; traduite en plusieurs langues, sa poésie est également publiée dans diverses revues et anthologies. Maître de Conférences à l'Université de Liège, elle a créé les échanges Erasmus-Socratès avec l'Université de Lettonie dont elle est, depuis le 27 septembre 2003, membre honoris causa. Elle collabore aussi au Centre Européen de Traduction Littéraire, Bruxelles. Elle dit ses poèmes sur scène.

Le spectacle

Pour présenter Pieds nus dans l'herbe, Rose-Marie François a préparé une lecture spectacle avec des musiques lettones traditionnelles et modernes. Les premières minutes du spectacle reprennent quelques phrases de Passé la Haine et d'autres fleuves, paru aux éditions Le Fram (Liège) en 2001, qui raconte comment l'auteure a commencé à apprendre le letton, ainsi que quelques lignes de Répéter sa mort (Lumière de Courlande 1987)), paru au Cormier en 1997 (Bruxelles), texte qui révèle la Lettonie.

Ce spectacle, créé à La Société libre d'Emulation, à Liège, en 2003, a été donné la même année au Théâtre Poème, à Bruxelles, à l'Ambassade de Lettonie à Paris, dans un salon privé à Cointe, à la Maison de la laine à Verviers, à la Ferme rose à Uccle, à la Maison des journalistes à Riga, à la Maison de la Poésie de Namur, au Coude à Coude à Neupré, au Théâtre National de Riga, au Théâtre Smilgis à Riga, à l'Institut français de Budapest...

"Dès le début du treizième siècle, les pays baltes ont été conquis par les armées de différents ordres religieux allemands, aux nobles fins de convertir les païens au christianisme… En réalité, les populations autochtones seront asservies aux immigrants du Drang nach Osten. Tout le XIIIième siècle, on assiste à l'usure de la résistance désespérée des peuples baltes ; aux XVième et XVIième siècles, le servage est légitimé, il ne sera aboli qu'au XIXième siècle (de 1816 à 1861, selon les régions). " (d'après V. Vecgravis)

La ténacité face aux envahisseurs successifs n'a fait que renforcer une tradition orale perpétuée et sans cesse renouvelée, ce qui permettra au folkloriste et poète Krišjanis Barons (1835-1923) de recueillir et de publier, dans son célèbre ouvrage Latvju dainas (huit gros volumes), plus d'un million et demi de courts poèmes.

Encore pendant la deuxième moitié du XXième siècle, après la première indépendance (1918-1940), les Lettons ont réussi à préserver leur langue et leur culture tant à l'étranger dans l'exil ou la déportation qu'au sein des familles restées au pays mais opposées à l'assimilation linguistique et culturelle. La langue lettone

Des langues indo-européennes, le letton est, avec le grec, l'albanais et le lituanien (l'autre langue balte encore vivante) l'une des plus vieilles parlées actuellement en Europe. Le letton n'est donc ni une langue slave ni une langue germanique. Remerciements

Cette anthologie n'aurait pas pu être menée à bien sans l'enthousiasme de S.E. Monsieur Imants Liegis, alors ambassadeur de Lettonie auprès du Benelux. C'est lui qui, en 1999, a fait part du projet à la Latvijas Rakstnieku Savieniba (Union des écrivains de Lettonie). Notre reconnaissance va aussi à Monsieur Hervé Hasquin, Ministre Président de la Communauté française Wallonie-Bruxelles pour sa confiance et son aide à la publication. En juillet 2002, lors de la signature des accords bilatéraux entre notre Communauté et la République de Lettonie, c'est ce livre qu'il a offert au Premier Ministre, au Recteur de l'Université et à Madame la Présidente de la République.

Kad gubji aizlaižas...

Kad gubji aizlaižas,
tad treša diena snigs.
(Tautas ticejums)

Driz upem skaidru
ledu acis liks.
Kad gubji aizlaižas,
tad treša diena snigs.

Bet grutakas
mums bus šis dienas tris
bez gubjiem un
bez sniega debesis.

Imants ZIEDONIS


Quand les cygnes s'en vont...

Quand les cygnes s'en vont...
il neige trois jours après
(Croyance populaire)

Bientôt de la glace claire
couvrira les yeux des rivières.
Alors les cygnes s'en iront
et trois jours après il neigera.

Il nous sera très difficile
de vivre ces trois jours
sans la blancheur des cygnes
et sous un ciel sans neige.

(tr. Rose-Marie François)


Photo 78 de Pļavās kailām kājām. Pieds nus dans l’herbe

Rose-Marie François © 2023